DECLARATION

L’Association internationale de la Libre Pensée (AILP) agit partout contre l’intrusion des religions et de leurs symboles dans la sphère publique

L’AILP a été fondée à Oslo le 10 Août 2011. Dans son Manifeste de fondation pour la liberté de conscience, la question de la Séparation des Eglises et des religions, de son avènement là où elle n’existe pas encore et sa défense là où elle menacée, est l’action fondamentale des libres penseurs à travers le monde.

L’AILP constate que partout, sur tous les continents, les religions tentent d’imposer leur loi et leurs symboles dans le domaine public. Ceci est une atteinte à la liberté de conscience des habitants des pays concernés.

Il s’agit pour les religions d’imposer leurs dogmes et leur présence dans la sphère publique à l’ensemble de la planète, des peuples et des nations. L’AILP rejette cette prétention des religions à dominer de nouveau le monde. Leurs passés n’est qu’un ruisseau de sang et d’obscurantisme qu’elles dressent contre la modernité, le progrès et la liberté.

En Espagne, l’Association Europa laica, membre de l’AILP, mène une action résolue contre la décision de l’Eglise catholique de faire installer 1 300 croix chrétiennes sur les sommets de la Sierra de Guadarrama.

Un groupe de catholiques monte chaque année sur un sommet, dans le cadre d’une excursion qui coûte 10 euros par personne. Les fidèles marcheurs escaladent les sentiers, chargés de croix, d’une représentation de la Vierge et des drapeaux espagnols et du Vatican. Après quoi, ils s’y photographient.

Notons que deux nouveaux objectifs ont été ajoutés aux intentions énoncées dans les éditions précédentes : susciter l’engagement et la cohérence des chrétiens “contre l’invasion islamique à venir” et la lutte contre “l’accommodation libérale qui envahit la société’’. Ainsi, le 9 août dernier, lors de sa quatrième édition, la cime de la Maliciosa (1 540m), en plein parc national de Guadarrama, a été « couronnée » par une croix de quatre mètres de haut.

En Arabie saoudite, le gouvernement du Roi a fait condamner le blogueur saoudien Raif Badawi à 1 000 coups de fouets sur la place publique et à 10 ans d’emprisonnement. Il s’agit de montrer publiquement, aux yeux de tous, que la religion des Princes doit être appliquée et qu’aucune critique ne peut être portée contre elle. La sphère publique est ainsi instrumentalisée pour imposer la Charia islamique à tous.

On sait aussi que dans ce pays, dont un représentant a manifesté pour la « liberté d’expression » à Paris le 11 janvier 2015 à propos des attentats meurtriers en France, il y a eu 12 décapitations en 2014 en place publique.

Aux Etats-Unis, l’Association American Atheist’s, membre de l’AILP, agit en défense du Premier amendement de la Constitution qui a fait « un mur de séparation entre les Eglises et l’Etat » (Thomas Jefferson – 3e Président des USA). Elle s’est opposée à l’érection d’une grande croix à Ground Zero dans le Musée dédié aux victimes du 11 septembre 2001, devant la Cour suprême de l’Etat de New-York.

American Atheist’s a qualifié la décision favorable de cette Cour comme « un maintien du privilège chrétien ». AA s’est récemment battu contre l’utilisation de Noël comme fête de la religion chrétienne dans les emplacements publics et dénonce le délit de blasphème récurrent dans ce pays.

En Argentine, après l’élection du pape François, une campagne d’intrusion permanente dans la chose publique est organisée par l’église catholique. En réaction à cette campagne, la Coalition Argentine pour un Etat laïque et une de ses organisations membre l’Association Civile des Athées de Mar del Plata, adhérentes toutes deux à l’AILP, ont lancé une campagne « Municipalités laïques Dra Carmen Argibay ». Il s’agit d’aider toute organisation laïque qui le souhaiterait à déposer des recours juridiques pour le retrait des symboles religieux dans les édifices publics.

En Equateur, à Quito, les centres culturels adhérents de l’AILP relève que des rassemblements de tous types sont régulièrement organisés autour d’une énorme croix érigée à l’occasion de la venue du Pape Wojtila. Ils dénoncent également la présence d’une statue de la Vierge dans le patio du Palais de Justice et que les forces armées aient pour patronne la Vierge Mercedes.

En Uruguay, les organisations membres de l’AILP luttent pour éviter le financement public de l’éducation religieuse, défendent la loi pour l’interruption volontaire de grossesse et d’autres intromissions des confessionnalismes dans la sphère publique.

En France, La Fédération nationale de la Libre Pensée a gagné des procès contre la présence des crèches chrétiennes dans les bâtiments officiels de la République française. Cela a provoqué des débats médiatiques importants où la Libre Pensée a été opposée aux religions (toutes unies pour la défense de la présence de leurs symboles dans la sphère publique) et aux politiciens à leur service.

D’autres procès et diverses actions sont encore en cours contre la volonté de l’Eglise catholique de marquer les emplacements publics de ses symboles chrétiens. Mais le pays de Voltaire est en train de se réveiller. La Libre Pensée est aux avant-postes de cette action.

L’Association internationale de la Libre Pensée (AILP) agit partout sur tous les continents pour la Séparation des Religions et des Etats !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *