Le Grand-Duché du Luxembourg n’a pas de constitution laïque, ce qui fait que la liberté de l’exercice des cultes a plein pouvoir. Le culte catholique est devenu la norme selon laquelle il faut s’orienter. Ce qui fait que tout ce qui est cultuel, surtout catholique, est automatiquement culturel.

Ce n’est pas la pandémie qui a réussi à briser cette dominance catholique ! Quand le culte devient priorité politique, la culture est perdante. C’est ainsi qu’il fallait fêter Noël et Pâques avec tous les moyens disponibles.

L’Eglise catholique n’a pas été à un dérapage près. Ainsi, le curé de Diekirch a-t-il célébré la messe pendant plusieurs jours sur le parvis de l’église, lors du premier confinement strict de la pandémie, pendant lequel les églises étaient interdites d’accès au grand public, avant d’être rappelé à l’ordre.

L’Eglise catholique n’a pas raté l’occasion, avec l’aide des médias de s’ériger en représentante de la conscience collective. Sur RTL-radio, le 13.12.2020, l’émission « Carte blanche » servait à justifier l’ouverture des églises aussi pendant les confinements. L’argument employé en dit long : « Là où 2 ou 3 sont réunis en mon nom, je me trouve au milieu d’eux » … Parole de Jésus !

Quant aux contradictions engendrées par une gestion frappant surtout les personnes âgées, l’Eglise se taisait. La « Libre Pensée luxembourgeoise » a pris position en publiant dès le premier confinement le message suivant (sur Facebook, mais également dans « La Voix de la Libre Pensée » no. 351 :

« La gestion de la crise sanitaire du Covid-19 devient de plus en plus contradictoire, mensongère et humiliante, surtout en ce qui concerne la question de la protection des personnes âgées, dites vulnérables.

Car même en période de pandémie, la dignité humaine ne doit pas se perdre au-delà de 65 ans et une mise sous tutelle par l’Etat à défaut de moyens de protections adéquats et inadmissible ! Même en période de pandémie les personnes âgées restent des citoyens à part entière.

Le confinement et aussi le déconfinement doivent se faire en vue de rétablir une situation de santé publique sans risque, mais ceci dans le respect des libertés de tous les citoyens ! »

Si certains grands évènements du culte catholique au Luxembourg ont dû être annulés, comme par exemple la « procession dansante » à Echternach le mardi de Pentecôte, ou la procession finale de « l’Octave » qui rassemble toujours des milliers de gens, une réorientation pratique a été très vite mise en place pendant la pandémie, l’Eglise catholique est passée au numérique. Les messes tolérées, ont été et sont encore transmises sur les réseaux sociaux. Cela a été un énorme succès, faisant parfois exploser l’audience. Pas une vraie surprise, car l’Eglise attendait seulement le « bon moment » pour convertir ces « agneaux » à l’ère numérique. Car, comme le disait le Père français Th. Hubert : « Le Bon Dieu sait utiliser cette médiatisation spirituelle ».

Selon la théorie de l’Eglise catholique tout le monde a besoin de foi en ces temps difficiles, même les non-croyants … et au Grand-Duché du Luxembourg les médias jouent le jeu.

La pandémie de la Covid-19 n’a pas alterné l’impact clérical sur la société, bien au contraire, l’Eglise catholique, grâce à son influence sociétale, est plus forte que jamais !

Edouard Kutten

Catégories : Divers