Guillermo Fuchslocher

Je réponds avec plaisir à vos questions, mais avec la précision que je le fais “à la volée” et que, bien que voulant être objectif, il sera difficile de laisser de côté ma subjectivité, en particulier parce que les événements survenus en Équateur dans la première moitié d’octobre 2019 ont généré une plus grande polarisation sociale, qui se traduit par la tendance pour les gens à avoir des lectures et des interprétations de faits très opposés, ceux qui répondent à nos intérêts, préjugés, positions idéologiques, adhésions politiques et influence des médias.

AILP : Quelle est la situation plus de vingt jours après la révolte contre la hausse du prix de l’essence?

Guillermo Fuchslocher : Deux axes principaux de réflexion et d’action se sont manifestés, chacun avec un acteur principal: le gouvernement et la Confédération des nationalités autochtones de l’Équateur, la CONAIE. La première ligne a été adoptée par le gouvernement, les entreprises, les médias et les secteurs des droites politiques. La seconde principalement par les secteurs indigène, syndical, étudiant et populaire, exprimée principalement dans les petits médias alternatifs et communautaires et dans les réseaux sociaux. (Ce sont aussi des informations mixtes fausses et “trolls“, qui sont combattues par la communication du gouvernement avec ses propres clarifications et son discrédit sur ce qui est diffusé dans ces réseaux, même à l’aide de messages textes, mais je ne sais pas s’ils parviennent à tous que ceux qui ont une ligne de téléphone cellulaire).

Selon le gouvernement, l’ancien Président Rafael Correa et ses partisans avaient orchestré cette tentative de coup d’État, orchestrée ou soutenue par Nicolás Maduro, en utilisant des groupes violents qui auraient infiltré le soulèvement indigène ou manipulé certains de leurs dirigeants. Les commandants des forces armées enregistrent leurs actions en faveur de la démocratie et la police, en matière de recours progressif à la force conformément à des protocoles préétablis.

Selon la CONAIE, il y a eu un soulèvement autochtone et populaire contre les mesures économiques préconisées par le FMI, car elles étaient considérées comme préjudiciables au peuple équatorien et aux peuples autochtones en particulier, un soulèvement dans lequel se sont infiltrés des criminels et des secteurs Ils ont déclenché des actions violentes.

La population a pris note avec satisfaction de la fin de la grève et du dialogue Gouvernement/CONAIE et se réjouit de ce qui pourrait se passer, car la grève d’un demi-mois a affecté de nombreuses personnes sur le plan économique et donne l’impression que l’économie stagne: les entreprises qui n’ont été en mesure de payer les salaires de leurs employés, d’un grand nombre de personnes sous-employées et de vendeurs de rue qui n’ont pas eu de revenus (et s’ils ne travaillent pas, ne mangent pas), de familles qui n’ont pas été en mesure de payer le loyer de leur maison.

Les actions entreprises par le gouvernement et le bureau du procureur général se sont concentrées sur les enquêtes de police et judiciaires sur les faits et sur ce qui a été considéré par certains comme une “chasse aux sorcières” des partisans connus de l’ancien Président Correa, certains qui sont détenus et d’autres sont isolés dans l’ambassade du Mexique. Le gouvernement et les médias ont poursuivi leur campagne de communication fondée sur l’interprétation des faits et sur les dommages matériels et les pertes. Sur le plan économique, il a travaillé à l’adaptation des mesures économiques imposées par le FMI, a promulgué une loi économique urgente de nature néolibérale et n’a toujours pas précisé les mesures à prendre pour remédier au déficit budgétaire considérable, compte tenu de la nécessité d’envoyer le budget de l’année prochaine à l’Assemblée nationale dans les meilleurs délais.

Les actions de la CONAIE ont été axées sur la convocation et la mise en place d’un Parlement populaire composé d’organisations populaires et sociales, afin d’élaborer une proposition économique globale à présenter au gouvernement et au pays qui comprend non seulement des réformes du décret d’élimination de la subvention au carburant, mais principalement des politiques économiques, agraires et productives, des droits sociaux et environnementaux, liés à l’extraction et aux droits territoriaux. En résumé, un nouveau modèle économique, avec certainement une vision de gauche, à présenter à un gouvernement de droite, mais qui pourrait avoir un impact symbolique sur le pays, au cas où ils pourraient le synthétiser et le diffuser massivement.

D’autre part, une mission d’observation de la Commission interaméricaine des droits de l’homme reçoit les témoignages de toutes les parties impliquées sur des violations des droits de l’homme.

Un fait important est la déclaration du ministre de la Défense, qui a dit que les universités qui accueillent les autochtones à Quito pour leur fournir logement et nourriture, grâce aux dons de la population, sont des centres logistiques soutenant le soulèvement indigène. Cette déclaration, considérée comme malheureuse, a été rejetée par les recteurs de l’Université centrale de l’Équateur, de l’Université polytechnique salésienne, de l’Université pontificale catholique de l’Équateur, de l’École polytechnique nationale et de l’Université andine Simón Bolívar.

Pour sa part, une déclaration du Président de la CONAIE selon laquelle ils organiseront une armée indigène, au sens de la force de sécurité de leurs territoires, a provoqué le rejet de certains secteurs de la droite politique et des demandes de poursuites. Le problème pourrait provenir de l’ignorance générale des normes constitutionnelles relatives aux nationalités autochtones et de l’absence de réglementation juridique de ce type, principalement en ce qui concerne la plurinationalité, leurs attributions constantes dans leurs droits collectifs, comme les gouvernements territoriaux autochtones, le droit. et la justice autochtone, son propre système éducatif, la consultation préalable des lois qui peuvent les affecter, la limitation des activités militaires sur leurs territoires, la consultation préalable pour l’exploitation de ressources non renouvelables, etc., des droits qui ne sont généralement pas respectés et qu’ils sont déterminés à obtenir.

En outre, l’ancien vice-Président néo-libéral, Alberto Dahik, a déposé une plainte pénale contre le Président de la CONAIE, Jaime Vargas, pour délit de terrorisme.

Sur le plan social, la CONAIE a réalisé l’adhésion de certains secteurs, alors que d’autres la rejettent et n’ont pas pu continuer à cacher leur racisme. En ce qui concerne le gouvernement, le sondeur CEDATOS a indiqué que sa popularité, quand il a annoncé des mesures économiques, avait chuté de 21,4% à 12%, mais qu’après l’accord passé avec la CONAIE, elle était passée à 22%, ce qui est interprété comme le souhaite la majorité, que l’ordre constitutionnel n’est pas brisé. Selon le même enquêteur, début octobre, 76% de la population était frustrée et préoccupée par le taux de chômage élevé et 85% n’approuvait pas l’augmentation du prix des carburants. 76% souhaitaient une solution rapide du problème de chômage et l’abrogation du décret d’élimination de la subvention du carburant pour rétablir la paix et 77% était convaincu que dans la manifestation, des groupes de vandalisme infiltrés dans la cause de la violence.

AILP : Où vont les discussions sur le nouveau décret annoncé par le gouvernement?

G.F : Le dialogue est en attente autant des propositions du gouvernement visant à éliminer les subventions, en les concentrant de manière à ce que la suppression ne touche pas les plus pauvres et ne profite pas aux plus riches et à la contrebande, mais leur permette de disposer des ressources nécessaires pour faire face à leur déficit et respecter ses engagements avec le FMI; que de celle de la CONAIE qui a été un programme intégral élaborée par le Parlement des Peuples qu’elle a convoqué.

S’agissant d’intérêts, de visions et d’actions diamétralement différentes, difficiles à harmoniser, cela peut devenir un “dialogue de sourds” car, d’une part, le gouvernement, en accusant les autres pour les événements, ne reconnaît pas que tout a commencé avec la publication du décret 883, c’est-à-dire dans ses propres erreurs, dans son manque de vision historique, dans le manque de bons conseils politiques, et qui, s’étant engagé envers les hommes d’affaires et le FMI et n’écoutant qu’ eux, il tourna le dos à ses électeurs et au programme gouvernemental avec lequel il a réussi. Il reconnaît seulement que les “renseignements” du gouvernement, de l’armée et de la police ont échoué. En revanche, CONAIE, malgré l’initiative de réunir différents secteurs populaires pour proposer l’élaboration d’une proposition économique globale, limite la participation à ceux qui peuvent coïncider avec elle et ignore l’énorme force qui caractérise actuellement le moment historique. Ils ne partagent pas leurs critères, principalement les secteurs d’activité. À cela s’ajoute le fait qu’il peut surévaluer ses propres forces et commencer à agir en réponse à ses intérêts politiques, avec des objectifs électoraux.

Le gouvernement et la CONAIE semblent tous deux convaincus qu’ils ont raison, que les autres sont “les méchants” et qu’il leur est difficile de penser à moyen terme en se basant sur des tâches mutuelles. Toutefois, malgré ce qui précède, qui reflète en grande partie l’image que chaque partie souhaite donner, il n’est pas possible d’exclure la possibilité de conclure certains accords, fondés sur des convenances mutuelles, accords qui, le cas échéant, seraient alors conclu, qu’il faudrait analyser pour savoir à qui ils profitent et à qui ils nuisent, mais surtout savoir comment la population réagit.

AILP : Comment les populations réagissent-elles au soulèvement chilien ?

G.F : Le gouvernement équatorien a sympathisé avec le gouvernement chilien, CONAIE a sympathisé avec le peuple chilien. Beaucoup de gens sont surpris d’apprendre, principalement par les médias internationaux, que le modèle chilien n’a pas été tel qu’il a été peint. Certains analystes ont noté que le Chili donnait une apparence semblable à celle donnée par un bureau magnifique et moderne, tout en cachant que ceux qui y travaillaient étaient maltraités et percevaient des salaires misérables. Mais pour les secteurs de droite, le Secrétaire de l’OEA a interprété ce qui se passe en Amérique latine comme un plan de déstabilisation cubano-vénézuélien.

Ce qui devient évident, c’est que lorsque la situation économique et les mesures affectent directement et durement les conditions de vie des couches majoritaires de la population, si elle n’est pas rectifiée et si la confiance et l’espoir de changement ne sont pas générés, il ne reste plus que la protestation et que cela peut facilement devenir une épidémie sociale et déclencher des événements imprévisibles et violents. Le Chili est en train de devenir un exemple où un peuple ne peut pas être abusé indéfiniment sans que cela ait de graves conséquences.

AILP : Quelle solution existe-t-il pour les peuples de l’Équateur, de l’Amérique latine et du monde entier, confrontés à la politique “ultra-libérale” actuelle ?

G.F : Les politiques néolibérales aggravent un problème fondamental, à savoir la faible répartition de la richesse générée par presque tous les citoyens, qui appartient en grande partie à une infime minorité. Cette situation est entretenue par un système politique oligarchique sous couvert de démocratie, qui n’est que sur le papier, parce qu’il y a très peu de culture démocratique et une mauvaise formation politique citoyenne, ce qui a amené la population à être constamment manipulée par des politiciens opportunistes et populistes, des partis politiques sans véritable soutien idéologique qui étaient des sociétés fondamentalement électorales. S’agissant des médias de masse, ils répondent à des intérêts commerciaux, souvent de manière flagrante et sans la moindre éthique journalistique, tout ce qui est canalisé à travers des systèmes électoraux délicats dont le rôle est de dominer le pouvoir, sous la forme d’une figure présidentielle, d’un monarque quasi-élu, qui comprend que gouverner, c’est imposer sa volonté en achetant l’adhésion des membres du pouvoir législatif et judiciaire. Ce système politique néo ou hyper-présidentiel est justifié par la difficulté de gouvernance de notre peuple, ce qui constitue un prétexte qui dissimule le manque de représentativité des dirigeants qui promettent une chose étant candidats et font quelque chose de différent une fois au pouvoir, en adhérant au pouvoir et aux intérêts du pouvoir économique, qui a la possibilité et la capacité de coopter les dirigeants au pouvoir. Pour cette raison, les politiques économiques, même celles de soi-disant gouvernements de gauche, ont principalement profité à différents groupes économiques, à leurs propres projets partisans et à leurs intérêts personnels, de plus en plus liés à la corruption.

Face à cela, la grève autochtone a mis en évidence la résurgence du mouvement autochtone et la possibilité de rassembler les secteurs populaires autour de ce mouvement, mettant en scène un nouvel acteur politique important, dans lequel ses dirigeants ont surpris par un discours simple et compréhensible pour tout le monde. Mais cette nouvelle réalité et possibilité a effrayé et mis en garde les détenteurs traditionnels du pouvoir économique et politique et leurs médias, ceux qui ont commis des attaques personnelles, telles que la diffusion des prétendus avoirs et la vie personnelle des dirigeants autochtones, ce qui s’ajoute aux actions en justice pour les actes de violence et de destruction, ou à la plainte pénale contre le Président de la CONAIE, dans laquelle ils voient un candidat possible aux prochaines élections, déséquilibrant un échiquier politique déjà en place.

Dans ce contexte, sans processus d’éducation politique, de formation à la culture éthique et démocratique et de démocratisation réelle des institutions, de puissants intérêts économiques, la corruption et l’immédiateté politique continueront probablement de prévaloir, ce qui n’est intéressé que par les prochaines élections.

Un travail sérieux pour changer la situation impliquerait un pacte social qui favorise économiquement une redistribution de la richesse et la mise en œuvre d’un modèle économique permettant l’élimination de l’extrême pauvreté, la création d’emplois pour les grands secteurs sans emploi ou sous-employés et l’amélioration des conditions et de la qualité de vie du reste de la population et que le poids accru de la crise économique et de la corruption ne pèse pas immédiatement sur un peuple déjà appauvri, mais sur ceux qui ont toujours bénéficié de ce système injuste, bien qu’ils répètent que pour distribuer la richesse, il faut d’abord la générer, en oubliant l’importante accumulation de capital qui se traduit par la croissance et les bénéfices des plus grands groupes financiers et commerciaux.

Mais comme il est très difficile d’atteindre ce qui précède, il est nécessaire que, sur le plan social, politique et culturel, un travail à la base dans les secteurs populaires soit entrepris avec une vision à long terme, afin de former une citoyenneté permettant de construire une démocratie véritable qui implique tout d’abord de développer une pensée critique, afin d’éviter les manipulations et comme fondement d’une éducation et d’une culture politiques démocratiques, qui mène à une prise de conscience de la situation avec une vision indépendante, ainsi qu’à une organisation populaire au niveau social, culturel, politique, économique, générant des organisations sociales fortes, des coopératives de producteurs et de consommateurs, des organisations politiques populaires conformes à des partis politiques idéologiquement clairs, qui répondent aux intérêts populaires.

Mais ce serait un projet à long terme qui intéresserait peu de monde et que des institutions qui dominent déjà les consciences verraient avec suspicion. Ces institutions sont l’Église catholique, les Églises évangéliques, certains partis politiques, les médias qui transmettent de la « télé-poubelle » sous le prétexte du “tuning rating” et de certains dirigeants syndicaux et populaires qui ne s’occupent que de leurs propres intérêts. Et même les secteurs et les gens honnêtes et désintéressés ont du mal à sortir de leur état de confort et à changer leur mentalité de “parti des notables“, manipulateur, urbain, « immédiatiste », électoral.

En outre, ce qui précède, pour être efficace et durable, nécessite une méthodologie selon laquelle les promoteurs du changement ne viennent pas de l’extérieur des secteurs populaires pour intervenir dans ceux-ci afin de “sensibiliser et de les organiser“, mais de générer tout processus de changement, à l’intérieur, par eux-mêmes, un processus dans lequel des acteurs externes ne peuvent fournir que le soutien requis.

J’espère avoir contribué à cette vision personnelle rapide, mais afin d’avoir une compréhension plus complète et objective, il est également important d’avoir d’autres visions qui voient et analysent la situation sous différents angles.

Fraternellement,
Guillermo Fuchslocher

(Propos recueillis par José Arias)

Catégories : Divers