Accueil > [Français] Association Internationale de Libre Pensée (AILP) > Rassemblement public pour l’abrogation du concordat d’Alsace-Moselle

Rassemblement public pour l’abrogation du concordat d’Alsace-Moselle

samedi 4 mai 2013

« Il fallait oser et cela a été fait. Au cœur de la terre concordataire et de l’exception cléricale, plus de 200 laïques se sont rassemblés sur la place de Broglie pour exiger que la laïcité, au nom de l’unité de la République, s’applique désormais dans les 3 départements d’Alsace-Moselle.

Ce rassemblement, qui fera date, avait été préparé par une intense campagne d’information en Alsace et en Moselle. Des milliers de tracts ont été diffusés, des communiqués ont été publiés dans les journaux locaux. La Libre Pensée a levé en partie la chape de plomb qui pesait depuis des lustres.

Sous la présidence de Marc Blondel, Président de la Fédération nationale de la Libre Pensée, tour à tour, Esther Bauer de la Libre Pensée du Bas-Rhin, Albert Riba de l’Union des Athées et des Libres penseurs d’Espagne, Françoise Olivier-Utard pour l’Union Rationaliste, Eric Perruchoud de l’Association Suisse de la Libre Pensée, Pascal Piraux libre penseur belge, Luis Véga de l’Union des Athées et Libres penseurs de Madrid (5 fois poursuivi judiciairement pour « délit de blasphème » par l’Eglise catholique) et José Arias, Président de la Libre Pensée de Moselle ont pris la parole.

Tous ont condamné les concordats et les délits de blasphème en Europe. Il y a 14 concordats sur le continent. Loin d’être une exception, les concordats se répandent comme une lèpre et menacent partout la liberté de conscience et la laïcité. Les libres penseurs d’Alsace-Moselle et de France exigent la fin de cette anomalie cléricale et l’extension de la laïcité de l’Ecole et de l’Etat sur tout le territoire de la République.

Ils se sont réjouis de l’échec retentissant du référendum en Alsace qui préfigurait la mise en œuvre de l’Acte III de la décentralisation. L’Alsace est républicaine, elle doit devenir laïque pour que l’Egalité ne soit pas un vain mot. »

Lire le communiqué intégral en ligne ou en format PDF.


Voir en ligne : Fédération Nationale de la Libre Pensée